Un nouveau pavillon pour le Centre Frans Masereel

ROCKWOOL, le meilleur matériau d’isolation pour les toitures aux formes complexes

La coupole du Centre Frans Masereel, à Kasterlee, est depuis longtemps un point de repère dans la région, vers où convergent des artistes de partout dans le monde et de toutes les disciplines pour travailler et expérimenter l’art de l’impression et le design graphique. Comme le centre devenait trop exigu, une extension sous la forme d’un pavillon, véritable joyau architectural coiffé d’une impressionnante toiture en forme de dôme incisé, a été aménagée en février.

Niché au cœur de la Campine anversoise, le Centre Frans Masereel était à l’origine un lieu d’échange pour les artistes graphiques. Il est par la suite devenu un site à la renommée internationale où le public et les artistes se rencontrent lors d’expositions, de journées portfolio et d’autres événements autour du graphisme.

Détails du projet

Projet Nouvelle construction de pavillon
Localisation Kasterlee
Maître de l'ouvrage    Gouvernement Flamand
Architect

TV LIST & Hideyuki Nakayama Architecture
Bureau Bouwtechniek

L’entrepreneur général

Vanhout.pro NV

L’entrepreneur d’isolation et d’étanchéité

Hüs-Dakbouw BVBA

Frans Masereel Centrum, reference project, FRI, BE

Le centre existant offrait un espace de travail de qualité mais limité, de sorte qu’un agrandissement s’est rapidement avéré nécessaire. Le nouveau pavillon de 420 m² est une extension du bâtiment en coupole existant qui ouvre le centre vers la campagne environnante au sud, en interaction avec le dôme existant. L’aile articulée en étoile, qui peut servir d’atelier et d’espace d’exposition, est un magnifique exemple d’architecture. Création de l’architecte japonais Hideyuki Nakayama et du bureau parisien LIST, il a été conçu en étroite collaboration avec Böllinger + Grohmann et la société belge Bureau Bouwtechniek.

Gâteau ou « machikado »
L’ambition du Centre Frans Masereel est de rapprocher les artistes et le public. À cet égard, le pavillon, que l’on peut voir comme un gâteau dont certains quartiers auraient été découpés, offre de multiples possibilités. Ses différents espaces peuvent être affectés à diverses fonctions. Un bras peut ainsi accueillir un atelier tandis qu’un autre abritera un espace d’exposition.

Si le bâtiment peut parfaitement être comparé à un gâteau, l’entrepreneur général Vanhout.pro évoque pour sa part, en lui attribuant un qualificatif un peu plus précieux, un projet conçu à la manière d’un « machikado » qui, en japonais, évoque un coin de rue ou un passage. Les différents espaces disséminés en étoile - comme le studio ou l’espace d’exposition - convergent en effet pour se rejoindre au centre de ce machikado. Quoi qu’il en soit, ce concept est un chef-d’œuvre technique, le dôme de toiture en bois incisé ayant constitué un défi de taille.

Le bureau d’études Böllinger + Grohmann, qui jouit d’une grande renommée mondiale, a été sollicité pour effectuer les calculs de cette structure de toit composée de 762 poutres de bois, toutes différentes, produites en usine et assemblées sur site par Vanhout.pro. Chaque poutre est soutenue par la précédente et soutient elle-même la suivante, suivant la  

géométrie d’un dôme subdivisé en 29 sections et 27 niveaux. Cette charpente en bois dite à structure réciproque se caractérise par sa grande complexité et l’unicité de chaque pièce. Le voligeage est composé de panneaux multiplis sciés sur mesure qui obturent les baies laissées ouvertes par l’assemblage des poutres, chacun d’eux présentant un format et des dimensions différents des autres.

18 centimètres d’isolant ROCKWOOL
« Le toit était un véritable paysage lunaire », confirme Peter Maes, l’entrepreneur en charge des travaux d’isolation et d’étanchéité (Hüs-Dakbouw SPRL). « Comme les facettes d’un diamant taillé, ces petits panneaux forment la structure portante de la toiture.

La laine minérale était donc la seule solution efficace et envisageable pour satisfaire aux exigences en matière d’isolation tout en épousant sans risque la forme du toit », explique l’architecte Eyukewe Dogo, de Bureau Bouwtechniek S.A.

Le choix de l’isolant s’est donc porté sur deux couches de ROCKWOOL Rhinoxx de 9 centimètres d’épaisseur pour obtenir les coefficients d’isolation thermique visés et permettre au toit de répondre aux exigences strictes fixées en matière de protection contre l’incendie.

« Outre le fait que ces panneaux isolants offrent d’excellentes performances, sont ignifuges et se travaillent facilement et rapidement, il sont les seuls qui ont permis de garantir une finition professionnelle pour cette toiture cintrée », poursuit Peter Maes. « Les panneaux ont été incisés çà et là jusqu’à mi-épaisseur pour suivre harmonieusement la courbure du toit, ce que nous n’aurions pas pu faire avec des plaques de mousse dure en raison de leur plus grande rigidité. La tâche a exigé un travail minutieux mais quand on voit le résultat, il faut reconnaître que c’est superbement réalisé et que l’on ne remarque pratiquement pas que le support était à ce point irrégulier.

Frans Masereel Centrum, reference project, FRI, BE

Le structure fibreuse de laine de roche garantit une isolation thermique optimale de la toiture, même lorsqu’il est opté pour cette technique de découpe et de pose. C’est également la raison pour laquelle ROCKWOOL s’est avéré être la solution idéale pour l’isolation de cette toiture unique.

Une structure fibreuse unique
Les panneaux utilisés pour la toiture présentaient le grand avantage que leur structure fibreuse permettait de les découper sans difficulté en plusieurs sections. Lorsqu’on les juxtapose ensuite sur le toit, la laine de roche conserve toute sa résistance. Cette structure fibreuse garantit en outre une isolation thermique optimale de la toiture, même lorsqu’il est opté pour cette technique de découpe et de pose. C’est également la raison pour laquelle ROCKWOOL s’est avéré être la solution idéale pour l’isolation de cette toiture unique.

De plus, le bâtiment bénéficie des autres propriétés attrayantes de l’isolation ROCKWOOL pour toitures plates, comme la protection ignifuge, dont la réputation n’est plus à faire. Le matériau résiste parfaitement au feu et à une température de plus de 1 000 °C. Lorsqu’elle est exposée au feu, la structure de la laine de roche reste intacte et continue à isoler et à protéger la charpente portante. De même, l’isolation ROCKWOOL ne génère pas de foyers d’incendie, ne propage pas les flammes et ne dégage pas de fumées toxiques.

Les produits isolants ROCKWOOL pour toitures plates sont extrêmement stables au niveau dimensionnel, ne s’affaissent pas, ne se rétractent pas et ne se délaminent pas, si bien que l’isolation reste parfaitement homogène et qu’aucun pont thermique ne se crée. Ils présentent en outre une grande tolérance aux charges ponctuelles, de sorte que l’énergie produite par les chocs et les heurs n’est pas absorbée uniquement par la membrane d’étanchéité de la toiture, mais aussi en partie par l’isolant. Ces produits garantissent donc une isolation résistante à la compression mais capable simultanément d’absorber les chocs, ce qui réduit le risque de perforations et de fuites dans la membrane d’étanchéité. La laine de roche résiste par ailleurs parfaitement aux intempéries auxquelles le toit est exposé, comme le vent, la pluie et la grêle. Le matériau lui-même est hydrofuge, n’absorbe pas l’humidité mais reste perméable à la vapeur, de sorte qu’il ne constitue pas un substrat de prolifération pour les bactéries ou les moisissures. Comme les applications ROCKWOOL ne sont pratiquement pas sujettes au vieillissement, elles conservent leurs propriétés thermiques sans limite dans le temps et quelles que soient les conditions atmosphériques auxquelles elles sont exposées.